Le Gouvernement du Grand-Duché de Luxembourg Informations et Actualités du Ministère de l'Agriculture, de la Viticulture et du Développement rural du Grand-Duché de Luxembourg
  Recherche
 x Recherche avancée
  Accueil | Nouveautés | Liens | Vos réactions | Contact Aide | Index | A propos du site
      ImprimerEnvoyer à

> Accueil > Sécurité alimentaire > Identification et traçabilité des bovins

Identification et traçabilité des bovins

Vers le niveau supérieur

L'identification et l'enregistrement des bovins sont réglementés par le règlement grand-ducal du 22 avril 1999.

Depuis 1997, le système informatique SANITEL garantit l’identification et la traçabilité intégrale de n’importe quel bovin élevé au Luxembourg. Il renseigne avec une précision absolue les différents troupeaux fréquentés par celui-ci tout au long de sa vie. Les bovins sont ainsi suivis depuis l’étable jusqu’à l’assiette du consommateur.Boucle

Chaque veau nouveau-né reçoit un numéro d’identification dans les sept jours qui suivent sa naissance et, en tout cas, avant qu’il soit commercialisé. Ce numéro, appelé " numéro Sanitel ", figure sur des documents d’identification, ainsi que sur une marque auriculaire en plastique, apposée par le fermier naisseur, à chaque oreille. Pour les bovins nés au Luxembourg, ce numéro se compose invariablement de 2 lettres : LU (pour Luxembourg) et de 8 chiffres.

Dès que la naissance d’un veau a été communiquée au Service SANITEL, ce bovin est automatiquement intégré dans le registre informatique de Sanitel et le fermier reçoit un passeport pour ce bovin.

PasseportPar après, la banque de données collationne chaque changement de troupeau, et permet ainsi de suivre les mouvements de chaque animal. Chaque détenteur de bovins doit conclure un contrat avec un vétérinaire agréé. Ce vétérinaire procède périodiquement à la vérification de l’état de santé et au bien-être des bovins. Il doit en outre vérifier si les bovins sont correctement identifiés.

A l’abattoir, la concordance de l’animal avec son passeport est à nouveau contrôlée. Le numéro d’identification accompagne la carcasse du bovin tout au long de la chaîne de découpe. Il reste d’ailleurs appliqué jusqu’à l’étiquetage des paquets de viande sur barquette.

De ce fait, la provenance de la bête peut à n’importe quelle étape de la chaîne de découpe et au départ de n’importe quel morceau de viande, être retrouvée.

Une autre mesure supplémentaire de sécurité assure de façon totale la traçabilité des bovins abattus au Luxembourg, jusque dans l’assiette du consommateur. En effet les oreilles des animaux abattus, avec leurs marques auriculaires sont conservées en surgélation durant une certaine période.

Grâce à un test comparatif génétique pratiqué à la fois sur l’ADN d’une oreille et sur celui d’un morceau de viande affichant une anomalie, le bovin est retrouvé sans peine. Ensuite et très rapidement au moyen de SANITEL, l’ensemble des animaux avec lesquels cette bête est entrée en contact au cours de sa vie sont identifiés.

Ce jeu de piste s’avère crucial en cas d’épidémie. Les troupeaux suspects peuvent de la sorte être immédiatement ciblés. Peu de pays sont aujourd’hui capables de garantir une telle maîtrise du contrôle des productions de leurs filières bovines.


 Pour en savoir plus ... Pour en savoir plus ...
   Liens externes
  * Règlement grand-ducal du 22 avril 1999

Haut de page

Copyright ©2012Ministère de l'Agriculture, de la Viticulture et de la Protection des consommateurs  Aspects légaux | Contact