Le Gouvernement du Grand-Duché de Luxembourg Informations et Actualités du Ministère de l'Agriculture, de la Viticulture et du Développement rural du Grand-Duché de Luxembourg
  Recherche
 x Recherche avancée
  Accueil | Nouveautés | Liens | Vos réactions | Contact Aide | Index | A propos du site
      ImprimerEnvoyer à

> Accueil > Actualités > Discours > 2014 > Mai 2014 > Discours de Monsieur le Ministre Fernand Etgen lors de l'ouverture officielle de la XXIIe session plénière de l'AREV

Discours de Monsieur le Ministre Fernand Etgen lors de l'ouverture officielle de la XXIIe session plénière de l'AREV
09-05-2014  - 09-05-2014

Vers le niveau supérieur

Messieurs les Présidents,

Monsieur le député européen,

Chers délégués,

Je vous souhaite la bienvenue au Grand-Duché de Luxembourg à l’occasion de la XXIIe session plénière de l’Assemblée des Régions européennes viticoles. Vous avez évidemment bien fait de choisir pour cet évènement notre petit pays et plus précisément la ville de Remich située au plein centre de notre seule région viticole.

Bien que le Luxembourg ne compte qu’une seule région viticole, qui s’étend le long de la Moselle entre Schengen et Wasserbillig, la culture de la vigne et son fruit après pressurage et fermentation sont considérés comme un bien culturel et figurent parmi les fiertés dont nous disposons.

La région mosellane est l’une des plus belles attractions de notre pays. A côté de la viticulture et de la gastronomie, le tourisme y joue un rôle important.

Nous sommes d’ailleurs en plein développement de la combinaison de ces facteurs, ce qu’on appelle depuis peu oenotourisme. C’est dans ce contexte que je me réjouis de voir que l’AREV a fait de l’oenotourisme un sujet de première importance. En effet, il n’y a pas mieux que de faire connaissance avec un produit comme le vin à son origine en faisant connaissance avec le vigneron qui l’a cultivé et soigné. De l’autre côté, toute en connaissant un vin, il est également intéressant d’aller voire d’où il vient et de rencontrer sur place ceux qui ont contribué à sa réussite.

On voit ainsi que la culture de la vigne n’est pas à considérer isolément, mais qu’elle est multifonctionnelle. La valeur monétaire de la viticulture représente à peu près 10% de la valeur ajoutée brute aux prix de base de l’agriculture totale qui elle-même ne représente plus que 1% de notre économie, une économie qui est dominée par les services avec 87%, l’industrie avec 6% de même que l’artisanat avec 6%.

Mais : Les chiffres économiques ne suffisent pas pour mesurer l’importance de notre secteur. Les agriculteurs, viticulteurs et sylviculteurs travaillent et façonnent près de 90% de notre territoire. Hier soir, vous avez d’ailleurs eu l’occasion de déguster une partie de nos produits du terroir qui ont connu un développement important ces dernières années. Alors parlons un peu du secteur agricole au Luxembourg. Il s’agit d’une agriculture qui est principalement orientée vers les spéculations animales. La moitié des exploitations agricoles à titre principal sont spécialisées dans la production laitière.

La deuxième production en importance de notre agriculture est la production de viande bovine. Cette production est devenue une spécialisation depuis les années soixante et c’est la race Limousine qui domine parmi les races viandeuses.

Lorsque vous traversez notre pays, vous pouvez constater l’importance de la production bovine, car 60% de la surface agricole utile est constituée de prairies et de pâturages.

Pour compléter, signalons que la production porcine a pu être maintenue au Grand-Duché grâce à la production de haute qualité. Le label y afférent précise notamment que 60% de l’alimentation des porcs doit provenir de l’exploitation. La spéculation végétale est principalement composée par la culture céréalière et la culture de la vigne. Cette dernière vous sera présentée par le directeur de l’Institut Viti-Vinicole.

Etant donné que l’on ne peut pas se mesurer avec les grandes exploitations céréalières d’autres pays européens, l’agriculture luxembourgeoise s’est orientée au fur et à mesure à la culture de céréales de haute qualité, comme les céréales panifiables et l’orge brassicole et la plupart de ces céréales sont transformées et utilisées dans la région.

Le Luxembourg, qui est considéré comme région au niveau de l’AREV, n’est pas qu’une place financière où sont occupées quelque 30.000 personnes sur une population active de 370.000 personnes. Plus de 45% de la population, c’est à dire quelques 250.000 personnes, ne sont pas de nationalité luxembourgeoise.

A cela s’ajoute que chaque jour 160.000 frontaliers de la Belgique, de la France et de l’Allemagne viennent travailler au Luxembourg. Au cours des 30 dernières années, le Grand-Duché de Luxembourg s’est développé ainsi de plus en plus en une société multilingue, multiculturelle et dans la plupart de nos communes le pourcentage des citoyens étrangers dépasse le taux de 40%. Et le Grand-Duché fait tout son possible pour qu’ils puissent vivre ensemble en harmonie.

Cette caractéristique rentre dans l’approche des pères fondateurs de l’AREV : les régions européennes viticoles sont tellement différentes les unes des autres que l’on ne peut pas les considérer de façon uniforme. Les différents paysages ainsi que les différentes approches pour concevoir la culture de la vigne et le respect du travail de chacun font la richesse de l’Europe, qu’il s’agit de défendre et de soigner. C’est dans cet ordre d’idées que le Ministre luxembourgeois a donné son appui, lors de la réunion informelle des Ministres de l’Agriculture début de cette semaine à Athènes, à une démarche de la présidence grecque qui vise à transformer la diversité de l’agriculture européenne en une Force.

Et c’est aussi dans cet esprit d’idée que je vous souhaite un congrès fructueux et que vous passiez encore de très agréables moments dans notre pays.

Je vous remercie pour votre attention.



Haut de page

Copyright ©2012Ministère de l'Agriculture, de la Viticulture et de la Protection des consommateurs  Aspects légaux | Contact