Le Gouvernement du Grand-Duché de Luxembourg Informations et Actualités du Ministère de l'Agriculture, de la Viticulture et du Développement rural du Grand-Duché de Luxembourg
  Recherche
 x Recherche avancée
  Accueil | Nouveautés | Liens | Vos réactions | Contact Aide | Index | A propos du site
      ImprimerEnvoyer à

> Accueil > Actualités > Communiqués > 01 > Réunion informelle des ministres européens de l’agriculture à Tallin

Réunion informelle des ministres européens de l’agriculture à Tallin
03-09-2017  - 05-09-2017

Vers le niveau supérieur
familyphoto 50902017 Tallinn

Fernand Etgen a participé à la réunion informelle des ministres européens de l’agriculture à Tallin du 3 au 5 septembre 2017.

A l’occasion de la réunion de travail, les ministres européens de l’agriculture ont été invités à présenter leurs positions et réflexions en ce qui concerne la gestion des risques dans le secteur agricole.

Le ministre Fernand Etgen a en premier lieu souligné que les producteurs ont dû faire face à différents aléas tout en adaptant leurs productions à la situation spécifique de leur exploitation au niveau de l’environnement, du climat ou encore en ce qui concerne les différentes opportunités sur les marchés. Dans ce contexte, Monsieur Etgen a cité d’abord les paiements directs qui contribuent notablement à affaiblir les fluctuations du revenu des agriculteurs. Par ailleurs, les mesures du deuxième pilier contribuent à son avis elles aussi à réduire les risques, comme par exemple les mesures agro-environnementales, où la rémunération est liée à la fourniture de biens publics, les aides à l’investissement qui servent à mitiger les risques naturels ou encore le soutien aux assurances. Il a relevé qu’un service de conseil performant est essentiel afin que le secteur soit bien informé et bien encadré. Ainsi, selon Fernand Etgen « il est primordial que nous assurions le transfert de connaissance, de la recherche et de l’innovation vers la pratique, et vice-versa, d’où l’importance du partenariat européen pour l’innovation ».

Fernand Etgen a en outre mis en avant l’avantage des coopératives et des associations agricoles qui permettent non seulement d’optimiser les coûts de production ou de regrouper l’offre, mais aussi à leurs membres de mieux s’échanger et s’informer sur la situation des marchés, leur facilitant ainsi les choix dans le cadre de la gestion de leurs exploitations.

Par contre, le Luxembourg n’est pas en faveur de diriger une partie des enveloppes des paiements directs dans un fonds de gestion de risque, comme le suggère la Présidence estonienne. Selon Fernand Etgen, les mesures de gestions de risques ont plutôt leur place dans le deuxième pilier de la PAC, ce qui permet une mise en œuvre adaptée aux conditions spécifiques des Etats membres et des différents secteurs de production. Il faudra cependant simplifier la mise en œuvre du développement rural et de sa programmation.

Lors d’un deuxième tour de table, les ministres européens de l’agriculture ont été informés par le commissaire européen en charge de la santé et de la sécurité alimentaire, Monsieur Andriukaitis, sur la situation en ce qui concerne la contamination d’ovoproduits par du Fipronil. Dans son intervention, Monsieur Fernand Etgen a insisté sur le fait que la sécurité et la qualité de nos aliments sont des acquis communautaires à ne plus jamais mettre en péril. Il a salué l’efficacité du système européen de traçabilité des produits alimentaires et des mesures d’urgence prises en toute transparence par les autorités compétentes. En effet, les produits contaminés ont ainsi pu être localisés et retirés du marché. Selon Fernand Etgen, il importe de tirer les conclusions permettant de mettre en place les améliorations nécessaires du système européen d’alertes rapides (RASFF) afin d’assurer la confiance du consommateur de l’étable à la table. Ainsi, a-t-il encouragé la réforme du système d’alerte communautaire afin de rendre la communication de crise plus transparente et plus rapide afin d’assurer la sécurité et la qualité alimentaire du producteur au consommateur, en passant par les transformateurs, distributeurs et prestataires de service. Les Etats membres qui ont pris la parole ont partagé l’avis que le système d’alerte rapide n’a pas fonctionné de façon satisfaisante.

Le commissaire Andriukaitis a souligné que la collaboration et la coopération entre les Etats membres sont essentielles afin d’améliorer le flux d’information. En vue de préparer la réunion ministérielle de haut niveau fixée au 26 septembre prochain, il a invité les Etats membres à faire des propositions concrètes afin d’améliorer les outils en place.



Haut de page

Copyright ©2012Ministère de l'Agriculture, de la Viticulture et de la Protection des consommateurs  Aspects légaux | Contact